Article paru le 25 septembre 2018 sur Rue 89 Lyon


Une soixante d’élus de la Métropole viennent de lancer une initiative commune 

« Construisons la Métropole pour demain ». Pour l’instant, ils ne parlent pas des élections de 2020. 

Mais ce rapprochement entre les « petits maires » de l’ouest lyonnais et l’oppo- sition UDI est un premier acte pour faire monter les enchères, dans le contexte du retour du ministre de l’Intérieur sur ses terres. 

Une semaine après l’annonce du retour de Gérard Collomb à Lyon, une ving- taine d’élus de communes de l’agglomération lyonnaise et de la Métropole s’étaient rassemblés dans un café de la Presqu’île pour donner une conférence de presse. 

Officiellement, ce mardi matin, il s’agissait de promouvoir le collectif « Construisons la Métropole pour demain ». Un nouveau collectif « transpartisan et au-dessus des partis » constituée de 65 élus issus de 38 communes et arron- dissements de la Métropole. 

Certains élus issus de l’actuelle majorité quand d’autres sont dans l’opposi- tion. A y regarder de plus près, l’immense majorité sont étiquetés UDI, Syner- gies ou « indépendants ». En clair, le centre-droit et la droite non LR. 

Denis Broliquier, le maire du 2e arrondissement (« les indépendants »), et Christophe Geourjon, président du groupe d’opposition UDI, côtoyaient Marc Grivel, maire de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, chef de file du groupe Synergies et, surtout, premier vice-président de la Métropole de Lyon. 

Les « petits maires de l’Est lyonnais» s’émancipent de Gérard Collomb
Marc Grivel a insisté sur la nécessité de créer une « association en dehors des clivages ». Le président du groupe Synergies cherche en effet à nouer de nou- velles alliances. Le nouveau mode de scrutin l’oblige et le représentant des « petits maires » des Monts d’Or et du Val de Saône ne veut plus de Gérard Col- lomb. 

Alors qu’en 2008 et 2014 ce groupe avait fait basculer les élections en faveur de Gérard Collomb, Marc Grivel ne réitéra pas cette alliance. Il y a une semaine, il avait officialisé sa rupture avec l’ex-futur ministre de l’Intérieur en répondant « non » par avance à la question d’un nouvel accord en vue des élections mé- tropolitaines avec Gérard Collomb. 

La pomme de discorde entre Gérard Collomb et le Vice-président de la métro- pole porte sur le mode de scrutin de ces élections. Puisque le Grand Lyon est devenu une Métropole, les conseillers seront élus au scrutin direct de listes. Le territoire découpé en 14 circonscriptions ne garantit plus à ces « petits maires » d’être présents à la Métropole. 

Pour faire élire son dauphin de l’époque David Kimelfeld, Gérard Collomb avait promis une réforme de ce mode de scrutin. La promesse avait été impos- sible à tenir compte tenu de la jurisprudence du Conseil constitutionnel. 

A la question de savoir si cette association avec l’UDI était le signe de la « constitution d’une nouvelle alliance », Marc Grivel a préféré botter en touche : 

« Ce n’est pas le sujet du jour ». 

« Remettre le citoyen au cœur »
Si la constitution de cette association constitue une nouvelle configuration politique, ce mardi matin, toutes les questions concernant les élections muni- cipales de 2020 ont donc été balayées. Yann Compan, conseiller municipal à Bron et conseiller de la Métropole : 

« On n’est pas dans une démarche électorale. Le but n’est pas de constituer une liste ». 

Le sujet du jour, c’était bien sur la création du collectif, avec l’annonce de la mise en ligne du site internet. Des ateliers sont prévus entre les citoyens et les élus pour faire ressortir des priorités. 

Christophe Geourjon a évoqué l’importance de : « Remettre le citoyen au cœur de la cité ». 

Les citoyens sont justement invités à s’inscrire à des ateliers qui auront lieu le 4 octobre au pôle culturel de Dardilly. 

Et, on vous jure, on ne parlera pas de 2020. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *